• La Moto de Michel Coste

    La Moto de Michel Coste*

    Ariane Lumen, artiste peintre, avec une création de Michel Coste

    (par Dorvan Création photographie)

    Ca c'était avant !

    texte par Maryse Laroque
     

    Autrefois je fus tentée par le fruit d'un arbre. Pervers l'arbre de cette forêt, il portait le destin de l'humanité ! Pauvre de moi, je me nommais Eve. Un beau serpent me séduit. Il ne ressemblait pas aux serpents que l'on aperçoit dans nos clairières lorsque le premier soleil de printemps montre son nez, non ! Il était mince, il était beau, il était brun, ce légionnaire de Lucifer, il sentait bon le sable chaud, mais ça c'était avant. Car depuis ces temps immémoriaux, il s'est fait crier dessus l'animal et d'un coup du sort, il  a été transformé en cette chose rampante, flasque et repoussante qu'on sait.- "Puisque tu as fait cela, tu seras maudit entre tout le bétail et entre tous les animaux des champs, tu marcheras sur ton ventre, et tu mangeras de la poussière tous les jours de ta vie, Na !!! "

    J'avais un ami, à l'époque, qui passait ses journées à nommer les choses : toi, tu seras une table, toi une chaise, toi un frigidaire, toi un ordinateur, toi tu seras un téléviseur, toi un spam, toi une automobile. Il nommait aussi les animaux : toi un chien, toi un chat, toi une tortue, toi un éléphant ou un tigre. Il consommait des tonnes et des tonnes de papyrus pour écrire ses listes à n'en plus finir, à tel point que nous étions menacés de désertification. J'ai fait appel à Green Peace pour l'enfermer, histoire de mieux réfléchir à notre avenir. Il ne fait pas bon se retrouver seule quand on est du genre féminin. Vous comprenez maintenant pourquoi je fus si réceptive aux conseils d'un mauvais garçon.

    Je refusai tout d'abord de croquer ce fruit. On m'avait appris, étant enfant, à refuser toute nourriture qu'un étranger me proposerait. Là, ce n'était pas une nourriture commune, ce n'était pas un plat de spaghetti ou de frites qu'un italien ou un belge m'aurait offert. Ce n'était pas une invitation au resto du coeur, ni une invitation chez Sarran. Ni mendiant, ni milliardaire ce serpent !  Je ne pouvais pas imaginer un instant qu'il fit partie des douze qui dirigeaient la planète. Il lui a fallu presque deux années solaires, à midi précises sur mon cadran pour me convaincre d'absorber ce fruit défendu.

     

    Veni, vidi vici ! Je suis venu, j'ai vu , j'ai vaincu ! C'est lui qui le dit car il n'a rien vaincu du tout, le brave ancêtre des reptiles. On n'allait pas lui laisser l'empire sans riposter. Aussitôt fait, aussitôt éjecté, pas besoin d'attendre l'arme nucléaire pour remettre les pendules à l'heure du cosmos. J'efface tout et je recommence, ainsi soit-il ! La lutte des classes n'était pas d'actualité et on ne réformait pas les retraites puisque l'âge n'était pas inventé.

    Depuis ce jour maudit, je vais et je viens en me demandant dans quel état j'erre !

    La science, ce n'est pas pour ma pomme mais je l'ai reçue en pleine poire.

     

    *(Michel Coste est plasticien dans le Lot)

    ( Ariane Lumen est artiste peintre en Dordogne)

     

     

    Contact : jvw24@orange.fr

     

    http://grooveshark.com/#!/search?q=je+r%C3%AAve+de+ton+cul

     

    « Modèle pour PeintreLes Danaïdes »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :